TUINA

Les bons gestes du tuina

 

Massage-tuina

Partie intégrante de la médecine traditionnelle chinoise, le tuina met en oeuvre de nombreuses manipulations et différentes techniques qui visent à réharmoniser l’énergie interne. Le massage tuina sera différent selon les zones à traiter, les déséquilibres énergétiques, mais aussi l’âge et la constitution de la personne.

Le tuina ou massage traditionnel est une des cinq branches de la médecine traditionnelle chinoise et vient ainsi compléter l’acupuncture, la diététique, la pharmacopée et la gymnastique (taï chi ou qi gong). C’est sous la dynastie Han (deux siècles avant J.-C.) que les écrits médicaux les plus anciens, de nature également philosophique, s’orientent vers les aspects cliniques des symptômes et syndromes des dérèglements de la santé et permettent ainsi le développement du massage traditionnel chinois tuina

C’est de cette époque que date le premier ouvrage médicinal du tuina, dans lequel une dizaine de protocoles thérapeutiques sont décrits. On commence aussi à l’associer à l’utilisation de plantes.

Période de structuration 

Durant huit cents ans, le tuina s’étoffe et devient une discipline à part entière avec ses traités et ses spécialités. Entre 220 et la fin du VIe siècle après J.-C., l’aspect préventif du tuina est mis en avant. Plusieurs ouvrages décrivent les exercices et différentes manoeuvres de massage. Le tuina est utilisé pour les fractures, les luxations, l’endommagement des tendons.

L’enseignement de la médecine chinoise dans son ensemble se structure et devient une discipline d’État. Le tuina se divise en deux branches :

  • le tuina « passif », qui concerne le médecin qui intervient auprès d’un patient ;
  • le tuina « personnel » : le daoyin ou automassage.

Une première encyclopédie médicale décrit 49 manoeuvres de massage du tuina et mentionne aussi des techniques de massage venant de l’Inde et connues sous le nom de tianzhu. De même des ouvrages spécialisés sur le tuina « personnel » voient le jour. Enfin, c’est durant cette période que le tuina pédiatrique fait ses premiers pas.

Rayonnement

À partir de 1270, les praticiens combinent les manœuvres et les mouvements, et structurent progressivement ces combinaisons pour obtenir des effets durables en les couplant aux points d’acupuncture traités par différents types de pression des doigts. On y introduit des manœuvres de mobilisation des articulations. Au milieu du XIVe siècle, le tuina pédiatrique devient une discipline indépendante. Elle est utilisée pour traiter bon nombre de traumatologies et de pathologies. Le qi gong thérapeutique apparaît et donne au patient des moyens de s’autotraiter par des exercices énergétiques visant à favoriser la circulation du qi, permettant alors les relances fonctionnelles, psychiques et physiques.

À partir de 1911, l’utilisation de la médecine occidentale est favorisée et encouragée par le gouvernement et, de fait, le tuina passe aux oubliettes. Avec l’avènement de la République populaire de Chine en 1949, le tuina est réintégré aux côtés des autres disciplines de la MTC. L’enseignement du tuina sur une durée de deux ans est institué et, en 1958, la première école officielle de tuina est fondée et reconnue par l’État. En 1974, l’enseignement est porté à cinq ans. À ce jour, plus de 50 maladies sont traitées par le tuina. L’Organisation mondiale de la santé a validé et reconnu les bienfaits de cette technique ancestrale.

Les moyens du praticien

Le praticien dispose de 300 manœuvres de massage et de mobilisation répertoriées et classées en fonction de la nature du mouvement, de sa forme, de sa force et de sa fonction. Il utilise aussi 400 points d’acupuncture répartis sur le corps, agissant à différents niveaux : psychique, physique, fonctionnel.

À l’issue d’un diagnostic énergétique chinois, le praticien détermine les causes des troubles, des perturbations et des agressions, les manœuvres de massage et de mobilisation, les points d’acupuncture nécessaires pour traiter symptômes et syndromes, le tout correspondant aux besoins réels du patient. Un protocole de soin personnalisé est alors mis en place.

  • Plus qu’un massage, une thérapie
  • Effet de ralentissement du vieillissement de la peau par un apport sanguin qui favorise la lubrification, l’élasticité et la régénération cutanée.
  • Augmentation du glucose musculaire favorisant la récupération et la force musculaire.
  • Nutrition des tendons et des ligaments qui augmente leur élasticité.
  • Apport sanguin au niveau des articulations permettant une diminution des gonflements.
  • Fabrication de sécrétions qui protègent les surfaces articulaires responsables de la fonction de mobilité.
  • Amélioration des composants du sang.
  • Actions positives sur le métabolisme.
  • Favorise l’élimination des toxines.
  •  Actions positives sur les systèmes respiratoires, digestif, nerveux, circulatoire.


Jean-Louis Fraim

×